Chanter Louise Labé

La musique est présente de diverses manières dans les Euvres de Louïze Labé Lionnoize : dans l’épître à Clémence de Bourges, l’autrice dit « avoir passé partie de [s]a jeunesse à l’exercice de la Musique » ; dans le « Debat de Folie et d’Amour », Apollon associe l’invention de la musique et des instruments à l’influence générale de l’amour, tandis que Mercure évoque plus précisément la pratique musicale féminine associée à celle de l’écriture (« Elles prennent la plume et le lut en main : escrivent et chantent leurs passions ») – phénomène actualisé dans les poèmes qui suivent (élégie 1, sonnets 12 et 14) ; enfin, trois pièces des « Escriz de divers Poëtes » ([13], [14] et [24]) associent la figure de l’autrice à la pratique du luth. Cette figure de Labé musicienne est reprise après sa mort par Antoine Du Verdier et devient un élément central du portrait transmis par l’histoire littéraire.

Cette association est une manière d’inscrire Labé dans une histoire de la création poétique associant parole et musique (association qui remonte, pour les femmes, à la figure de Sapho) mais elle s’inscrit aussi dans un contexte social qui valorise la pratique féminine musicale, vocale et instrumentale, parfois improvisée, souvent associée à l’usage en vogue des tablatures, pratique distincte de l’accès – très limité, à cette date – des femmes à la composition et à la publication musicale. L’inventaire après décès des biens de Tullia d’Aragona (Rome, 23 avril 1556), la « courtisane » italienne dont les livres ont servi de modèles à la publication des Euvres, montre qu’elle possédait des livres de musique ainsi qu’un luth. On ne possède pas un tel inventaire concernant les biens de Louise Labé, mais on sait que le milieu italien ou italianisé dans lequel elle évolue est particulièrement sensible à cette pratique et des témoignages comparables existent à Lyon concernant Pernette Du Guillet et Clémence de Bourges. Comme l’écrit Jean-Michel Vaccaro : « La littérature lyonnaise du milieu du siècle constitue une véritable apologie de la femme luthiste » (La Musique de luth en France au XVIe siècle, Paris, CNRS, 1981, p. 35).

On n’a retrouvé à ce jour aucune trace, manuscrite ou imprimée, d’une mise en musique au XVIe siècle des vers de Louise Labé, ce qui peut surprendre au regard des pratiques habituelles (des poèmes de Du Guillet, Scève ou Tyard ont été mis en musique) et de la circulation de son livre. C’est seulement au XXe siècle que ses poèmes ont fait l’objet de mises en musique, dans les contextes les plus variés. Nous en présentons ici quelques exemples.

 

1926 – Henri Sauguet

Henri Sauguet [1901-1989], Six sonnets de Louise Labé, pour soprano, Paris, Rouart, Lerolle et Cie, 1928.

I. Chasse [sonnet 19]. II. « À Vénus » [sonnet 5]. III. « Songe » [sonnet 9]. IV. « Amour » [sonnet 20]. V. « Printemps » [15]. VI. « Tant que mes yeux… » [sonnet 14].

Création 14 juin 1926, Jane Bathory (soprano), Henri Sauguet (piano).

 

1941 – Viktor Ullmann

Viktor Ullmann [1898-1944], Six sonnets de Louïze Labé [opus 34], Prague, à compte d’auteur, 1941.

Enregistrements

    - Viktor Ullmann, Lieder, Christine Schäfer (soprano), Orfeo (« Musica Rediviva »), 1995.

    -  Terezin / Theresienstadt, Anne Sofie Von Otter (soprano), Deutsche Grammophon, 2007 : sonnets 5 [écouter], 7 et 8.

    - Franziska Weber, vidéo, Munich, Hochschule für Musik und Theater, janvier 2022 (sonnet 5)

1944 – Ferenc Farkas

Ferenc Farkas [1905-2000], « Sonnet VII de Louise Labé », mélodie, Budapest, 1944.

Enregistrements

    - Songs by contemporary hungarian composers, Boldizsár Keönch (ténor), Hungaroton, 1984. [écouter]

    - Ferenc Farkas, Songs from seven decades, Tünde Száboki (soprano), Hungaroton, 2016. [écouter]

 

 

1945 – Lennox Berkeley

Lennox Berkeley [1903-1989], Sonnet, Op. 102, Londres, Chester Music, 1992.

[Sonnet 14]

Création Londres, 20 février 1945, Sophie Wyss (soprano), Lennox Berkeley (piano).

Enregistrement

    - Songs of Lennox Berkeley, James Gilchrist (ténor), Anna Tilbrook (piano), Chandos, 2009.

 

 

1951 – Rudolf Escher

Rudolf Escher [1912-1980], Chants de désir, pour mezzo-soprano et piano, Amsterdam, Donemus, 1951.

Sonnets 8 [écouter], 7 [écouter], 9 [écouter], 14 [écouter].

Enregistrement

    - Rudolph Escher, Complete songs, Roswitha Müller (mezzo-soprano), Ottavo Recordings, 2002.

 

 

1963 – Peter Racine Fricker

Peter Racine Fricker [1920-1990], O longs desirs. Song Cycle for soprano and orchestra (Op. 39), Londres, Schott, 1963.

Création 11 septembre 1963 au Royal Albert Hall de Londres : Catherine Gayer, soprano ; BBC Symphony Orchestra, dir. Peter Racine Fricker.

 

1964 – Darius Milhaud

Darius Mihaud [1892-1974], « Sonnet », dans L’Amour chante, Op. 409, Bryn Nawr (Mass.), T. Presser, 1966 [composition 1964].

Sonnet 8, voix et piano

Enregistrement

   - Darius Milhaud, Alissa. L’Amour chante. Poèmes juifs, Carole Farley (soprano), John Constable (piano), Naxos, 1992.

 

1965 – Sylvano Bussotti

Sylvano Bussotti [1931-2021], La Passion selon Sade, mystère de chambre, 1965.

L’œuvre est organisée autour du sonnet 2 de Labé.

Création 5 septembre 1965, Teatro Biondo, Palerme.

Enregistrements

    - Magnificathy. The Many voices of Cathy Berberian, « “O” – Atti vocali », Wergo, 1971. [écouter]

    - Sylvano Bussotti, La Passion selon Sade. Le bal Mirò, Orchestra Sinfonica di Roma della RAI, dir. Marcello Panni, Dischi Ricordi, 1987.

 

 

1967 – Colette Magny

Colette Magny [1926-1997], « Baise m’encor », dans Colette Magny, sans titre [album intitulé Vietnam 1967 dans les rééditions], Le Chant du Monde, 1967.

Sonnet 18, voix et guitare. Guitare : Bernard Pierrot. [écouter]

 

 

1972 – Hélène Martin

Hélène Martin [1928-2021], « Je vis, je meurs » et « Baise m’encor », dans Hélène Martin, Liberté femme, Disques du Cavalier, 1972.

Sonnet 8 [écouter] ] et du sonnet 18 [écouter]. Direction musicale : Jean-François Gaël.

 

 

1984 – Richard Rodney Bennett

Richard Rodney Bennett [1936-2012], Five Sonnets of Louise Labé: for soprano and eleven players, Londres, Novello, 1984.

 

 

1986 – Aribert Reimann

Aribert Reimann [1936-], Neun Sonette der Louize Labé, Mayence, 1986.

Sonnets 2, 3, 7, 8, 12, 13, 14, 17, 18.

Enregistrement

    - Aribert Reimann, Kinderlieder. Nacht-Raüme. Neun Sonnette der Louize Labé, Liat Himmelheber, mezzo-soprano, Wergo 1989.

 

 

1988 – Lionel Nowak

Lionel Nowak [1911-1995], Amorous declarations : for soprano and viola : five sonnets, 1988.

Sonnets 12, 10, 2, 14, 15.

Création 18 mai 1988, Bennington College (Vermont), Elizabeth Brunton (soprano), Jacob Glick (viola).

 

 

1990 – Maurice Ohana

Maurice Ohana [1913-1992], Tombeau de Louize Labé (« O beaux yeus bruns »), pour 12 voix mixtes a cappella, Paris, Billaudot, 1995 [création 1990].

Création 22 décembre 1990, Ansouis (Vaucluse), Ensemble Musicatreize, direction : Roland Hayrabedian.

Enregistrements

    - French Choral Music, Vol. 3, Netherlands Chamber Choir, dir. Roland Hayrabedian, Globe, 2007.

    - Ludus verbalis.  Vol. 1, Ensemble vocal Aedes, dir. Mathieu Romano, Eloquentia, 2011 [écouter]

 

1997 – Nick Cave

Nick Cave [1957-] and the Bad Seeds, « Green Eyes », dans The Boatman’s Call, Mute, 1997.

Note de pochette : « The first line is an extract from a sonnet by Louise Labé [sonnet 18] by L. Norman and K. Emck ». [écouter]

 

 

1998 – Youngi Pagh-Paan

Younghi Pagh-Paan [1945-], Sowon… borira. Für Frauenstimme und Orchester, Berlin, Ricordi, 1998.

À partir de poèmes d’Anna Akhmatova, Rose Auslaender et Louise Labé.

 

2001 – Astrid Kruisselbrink

Astrid Kruisselbrink [1972-], Knot, for soprano and mezzo-soprano and ensemble, Amsterdam, Donemus, 2001.

Textes extraits de divers auteurs en allemand, anglais, français, latin et néerlandais.

 

 

2001 – Denis Gougeon

Denis Gougeon [1951-], Clere Venus, pour soprano et petit ensemble, Montréal, 2001.

Suite composée des sonnets 5, 8, 2, 12, 9, 8, 15.

Création 6 mars 2002, Université McGill (Québec).

Enregistrement

    - Denis Gougeon, À l’aventure !, Marie-Danielle Parent (soprano), Ensemble de la Société de la Musique Contemporaine du Quebec, Centrediscs, 2006. [écouter] ]

 

2007 – Jenece Gerber

Jenece Gerber, je me délace, for a cappella choir and soprano-alto duet, 2007.

Mise en musique de l’épître à Clémence de Bourges [écouter]

Création New York Virtuoso Singers, 2007.

 

2007 – Marco-Antonio Pérez-Ramirez

Marco-Antonio Pérez-Ramirez [1964-], Les Mots, 3 pièces pour chœur a cappella, Paris, Jobert, 2007.

Mise en musique des sonnets 8, 18 et 7 [écouter] ]

Création 1er juin 2007, Paris, Cité de la Musique (Jeune Chœur de Paris, dir. Geoffroy Jourdain).

 

 

2009 – Nataly Dawn

Nataly Dawn [1986-], « Baise m’encor », Her Earlier Stuff, iTunes, 2009.

Sonnet 8 (guitare et voix).

 

 

2012 – Philippe Manoury

Philippe Manoury [1952-], Illud etiam. For soprano and real-time electronics, Paris, Durand, 2012.

Textes de Louise Labé et de Reginon de Prüm.

Création 18 octobre 2012, San Diego, Juliana Snapper (soprano).

Enregistrement

    - En écho. Donatoni, Naon, Mantovani, Manoury, Françoise Kubler, Armand Angster, Ensemble Accroche-note, Territoire Art et Création, 2018.

 

    - Philippe Manoury a également réalisé un film à partir de l’œuvre.

 

2015 – Patrick Burgan

Patrick Burgan, Les Spirituelles, 4 voix de femmes, 2015.

Textes de Erinna, Hildegard von Bingen, Thérèse D’Avila, Louise Labé (sonnet 22), Pernette Du Guillet, Chiara Matraini, Sophie Brun, Emily Brontë, Marie-Laure Grouard, Emily Dickinson, Christine Boulanger.

Création 28 février 2017, église Saint-Jacques de Muret, quatuor Méliades.

Enregistrement

    - Patrick Burgan, Les Spirituelles. Cantique des Cantiques, Quatuor vocal Méliades, AV Records, 2018. [écouter]

 

 

2021 – Agnès Guipont

Agnès Guipont, LaboRLabé, Berlin.

Projet (en cours) de mise en musique des 24 sonnets.

Enregistrement Agnès Guipont, LaboRLabé, CD Housemaster Records, 2021 (sonnets 4, 9, 10, 18, 2, 13) [écouter]

Concert Berlin, 6 octobre 2021

 

À suivre…