1804 Briquet

Fortunée Briquet, Dictionnaire historique, biographique et littéraire des Françaises et étrangères naturalisées en France, Paris, Treuttel et Würtz, 1804, p. 259-262.

Exemplaire consultable en ligne sur le site Gallica.

 

PERRIN, (Louise Charly, Dame) dite Labé, surnommée la belle Cordière, célèbre par sa beauté, son courage et ses talens, naquit à Lyon en 1526. Ses parens lui donnèrent une éducation distinguée. A peine sortie de l'enfance, elle excellait dans la musique vocale et instrumentale. Elle savait même le grec, le latin, l'italien et l'espagnol. Toutes ces occupations ne lui firent pas négliger l'art de faire des tapisseries. Son coeur était tendre et bon, son ame était forte et élevée; tous ses goûts furent des passions: elle eut d'abord celles de la musique, de la chasse et de la guerre. L'amour de la gloire lui fit embrasser le parti des armes. Elle n'avoit pas encore atteint sa seizième année, quand elle alla, en 1542, au siège de Perpignan. Elle y donna des marques de la plus grande valeur. Elle abandonna le champ de Mars pour le Parnasse. Bientôt elle épousa Ennemond Perrin, homme âgé et très-riche, qui faisait un commerce considérable de cordages. La maison qu'elle habitait était une des plus belles de la ville; ses jardins étaient immenses, et très-ornés pour le siècle où elle vivait. Les Lyonnais ont perpétué sa mémoire, en y ouvrant une rue qu'ils ont appelée la belle Cordière. Elle rassembla dans sa bibliothèque les meilleurs ouvrages qui existaient dans toutes les langues qu'elle connaissait. La haute considération dont Louise jouissait, la lia avec les personnes les plus distinguées. Les étrangers s'empressaient de lui rendre leurs hommages. Plusieurs d'entr'eux fixaient leur séjour à Lyon, pour jouir des charmes de sa société. Les savans et les poëtes de toutes les nations se firent un devoir de la célébrer dans leurs écrits. Son époux fut sensible au bonheur de posséder une femme d'un mérite si rare; il l'aima toujours tendrement, et dans les derniers momens de sa vie, il disposa de tous ses biens en sa faveur. Après la mort d'Ennemond Perrin, elle aima et elle fut aimée de l'amant de Clémence de Bourges. Elle était très-liée avec cette dernière; mais cet évènement les désunit. Elle mourut au mois de mars 1566.
On lui doit : Recueil des Poésies et autres œuvres, Lyon, Jean de Tournes, 1555, vol. in-8° ; Rouen, Jean Garou, 1556, in-16 ; Lyon, 1762, in-12. Ce recueil qu'elle dédia à Clémence de Bourges, alors son amie, contient des Élégies; des Sonnets, dont un en italien; et un Dialogue en prose, intitulé : Débat de Folie et d'Amour. Cette production qui porte le nom de Dialogue est la seule comédie du 16e siècle dans le genre charmant de l'auteur de l'Oracle et des Grâces. Si les Français ont fourni les premiers modèles de la bonne tragédie, les Françaises peuvent, à leur tour, se vanter d'avoir donné le premier exemple d'une bonne comédie. L'on est convenu depuis longtems, que l'antiquité même n'a point de fiction plus ingénieuse et plus morale que celle qui sert de base au Débat de Folie et d'Amour. Cette allégorie que tant de poëtes ont voulu s'approprier, a fourni à La Fontaine la fable que Voltaire trouvait la plus jolie. Les poésies de Louise ont de la délicatesse ; l'amour qui

    Dans ses écrits encore exhale sa chaleur,

la fit nommer à juste titre la Sapho de son siècle, on aurait pu ajouter : la Sapho de la France, car elle est peut-être la seule femme poëte que les français puissent mettre en parallèle avec l'amante de Phaon. Elle a fait différentes pièces de vers grecs, latins, italiens, espagnols et français qui n'ont point été insérés dans ses Œuvres.
Quelques auteurs ont loué sa chasteté et ses vertus ; d’autres au contraire l'ont regardée comme une courtisane. Ses ouvrages lui firent beaucoup d'amis et d'ennemis. Ils frappèrent d'admiration ceux qui avaient le goût des belles choses ; mais ils devinrent un sujet de scandale pour les autres, quoique les productions du tems où elle vivait ne fussent pas écrites avec plus de décence que les siennes. Les dames Lyonnaises sur-tout lui furent opposées : incapables de sentir le prix des talens, elles ne purent voir ceux de Louise sans jalousie. Pour motiver leur haine, elles prétendirent que dans les poésies de leur célèbre compatriote, il y avait des passages où elle leur reprochait indirectement leur ignorance et leur frivolité. Ne pouvant diminuer sa réputation littéraire, elles attaquèrent ses moeurs. Sa rupture avec Clémence de Bourges les fit triompher. Elles peignirent Louise sous les plus noires couleurs, tandis qu'elles auraient dû la plaindre et lui pardonner. On peut lui appliquer ce qu'on a dit de Sapho (Anacharsis édit. in-8°. t. 2, p. 71): « La mort n'a pas encore effacé la tache imprimée sur sa conduite, et peut-être ne sera-t-elle jamais effacée; car l'envie qui s'attache aux noms illustres, meurt à la vérité; mais elle laisse après elle la calomnie qui ne meurt jamais ».

 

Commentaire : à venir