1790 Bataillon Belle Cordière

Almanach de la Garde Nationale de Lyon, pour l'année M. DCC. XC ; Suivi du Procès-verbal du Camp fédératif qui a eu lieu le 30 Mai de la même année, Lyon, Aimé de La Roche, 1790, p. 36-37.

Un exemplaire numérisé est consultable sur le site Google Livres.

 

Description des Emblêmes et Légendes des vingt-huit Drapeaux des Bataillons de la Garde Nationale de Lyon, dans l'ordre qu'ils sont arrivés au Camp de la Fédération, suivant le sort qui leur étoit échu.

XIXe Bataillon. BELLE-CORDIERE.

  Louise Charly, femme d'un cordier, fit, en 1550, un poëme sur la liberté. Sa beauté et sa science ont formé l'emblême suivant :
  La belle Cordiere est vêtue simplement, assise sur un lion ; une guirlande de fleurs lui descend de l'épaule gauche au côté droit ; de la main droite, elle tient une pique entrelassée de lis, et surmontée du chapeau de GUILLAUME-TELL, restaurateur de la liberté Helvétique ; est encore adapté à ladite pique un ruban sur lequel est cette légende :
       Tu prédis nos destins, Charly, belle Cordiere,
       Car pour briser nos fers tu volas la premiere.
de l'autre côté du ruban est :
       Belle Cordiere, ton espoir n'étoit pas vain.
audit chapeau est le panache aux trois couleurs. De la main gauche, elle tient son poëme sur la liberté Françoise, qui est appuyé sur un globe terrestre. Le lion tient sous une de ses pattes le livre de la Constitution ; à côté est l'autel de la patrie, où brûle le feu du patriotisme ; d'un côté est une plante d'olivier, signe de la paix ; et de l'autre, une de laurier, signe de la gloire ; des livres en désordre à ses pieds, qui désignent sa science.

Commentaire : à venir