1557 Magny

Olivier de Magny, Les Souspirs, Paris, Vincent Sertenas, 1557.

Un exemplaire numérisé est consultable sur le site Gallica.

 

- Sonet LV (f. 19v)

O beaux yeux bruns, ô regards destournez,
   O chaults souspirs, ô larmes espandues,
   O noires nuicts vainement attendues,
   O jours luysans vainement retournez :
O tristes pleints, ô desirs obstinez,
   O tens perdu, ô peines despendues,
   O mille morts en mille retz tendues,
   O pires maulx contre moy destinez :
O pas espars, ô trop ardente flame,
   O douce erreur, ô pensers de mon ame,
   Qui ça, qui lá, me tournez nuict et jour,
O vous mes yeux, non plus yeux mais fonteines,
   O dieux, ô cieux, et personnes humaines,
   Soyez pour dieu tesmoins de mon amour.

 

- Sonet LXVI (f. 23r)

Inutile desir, interditte esperance,
   Cauteleuse pensée et vouloir aveuglé,
   Larmes, plainctes, souspirs et tourment dereiglé,
   Donnez ou paix ou tresve à ma longue souffrance.
Et s’au mal le dédain ny l’oubly n’a puissance,
   Et que je doive ainsi sans fin estre comblé
   De tant et tant d’ennuy dans mon ame assemblé,
   Face la mort sur moy sa dure violence :
Ou le ciel promptement me foudroie le chef,
   Car je n’ay point de peur de nul mortel meschef,
   Pourveu qu’en trespassant ma peine ne me suive :
Sus donc Amour, va-t’en retire-toy, a dieu,
   Ta force en mon endroit demeure ores oisive,
   Puis que nouvelle playe en moy n’a plus de lieu.

 

Commentaire : à venir